Maison / Deco Le bois brûlé, une technique qui se fait de...

Le bois brûlé, une technique qui se fait de plus en plus connaître

-

- Advertisment -

La technique du Shou-sugi-ban, ou Yakisugi, est mieux connue sous son sens français de “bois brûlé”. Les canadiens parlent de torréfier le bois pour l’équivalent français de bardage en bois brûlé. Quoique présente sur divers continents, cette technique reste encore peu connue et ce sont surtout les communautés traditionnelles qui l’utilisent le plus. Elle présente pourtant de grands avantages que les férus de développement durable et d’écologie se plaisent à découvrir.

Un procédé vieux comme le monde

La technique du bois brûlé était déjà depuis longtemps employée. On brûlait le bas des piquets avant de les enfoncer dans la terre pour protéger le bois de la putréfaction et de l’attaque des insectes xylophages. L’origine a été attribuée au Japon où cette technique est toujours employée dans la construction de maisons traditionnelles, mais les Européens du nord, eux aussi, utilisent le procédé dans la construction de leurs chaumières.

Le but du Bois Brûlé était surtout de protéger les maisons des incendiesIl faut dire que les sociétés traditionnelles étaient déjà au fait des nombreux avantages que le bois brûlé offre.  Le bardage ne nécessite aucun entretien. Il est résistant au feu et aux insectes. Il ne change pas d’apparence et il est imputrescible. De plus, il peut être récupéré.

Il est surprenant de savoir qu’à l’origine, le but du bois brûlé était surtout de protéger les maisons des incendies. Le bois brûlé est, en effet, un retardateur de flammes naturel. On évitait ainsi la propagation du feu d’une maison de bois à l’autre dans les villages des anciens temps.

Les sociétés anciennes savaient déjà que cette technique permet de lutter contre les insectes xylophages qui ne trouvent plus dans le bardage la cellulose et la lignine du bois qu’ils recherchent car celles-ci sont transformées en carbone non comestible pour eux. De plus, les champignons lignivores en sont absents pour les mêmes raisons. Enfin – et ce n’est pas le moindre avantage – la couche superficielle de carbone protège naturellement des rayons UV du soleil qui altèrent le bois en extérieur.

Une professionnalisation en cours

La méthode traditionnelle consiste soit à créer une cheminée naturelle de forme triangulaire avec les planches à brûler ou d’allumer un foyer comme un lit de braises où on étale les planches. L’astuce repose surtout sur le temps de brûlage.

Si le procédé traditionnel repose surtout sur l’expérience et la compétence de celui qui s’attelle au brûlage, les artisans modernes chronomètrent la durée de l’exposition au feu qui est lui-même ajusté de façon rationnelle. On compte généralement trois minutes et demie à quatre minutes pour brûler une cheminée complète.

Il n’est pas encore aisé de donner une fourchette de prix précise du bois brûlé car la vente n’est pas encore démocratisée et les prix se fixent au cas par cas en fonction des travaux à effectuer et du bois choisi. La fourchette s’échelonne de 10 à 70 euros le m².

Ce qu’il faut savoir du procédé

La gamme de couleurs s'étend du noir intense au noir avec des reflets gris ou bleusDans la généralité des cas la technique du bois brûlé concerne surtout le cèdre et tous les bois de pin. L’opération de brûlage peut se faire par la traditionnelle cheminée ou le lit de braises, mais on utilise aussi aujourd’hui le chalumeau.

Il faut compter une dizaine de minutes par planche pour le brûlage. Pour une bonne carbonisation, il faut que celle-ci atteigne 3 à 5 millimètres d’épaisseur.  Il faut ensuite arroser avec de l’eau  pour arrêter la carbonisation puis gratter les résidus de charbon avec une brosse. Pour que la finition soit faite dans les règles, il faut enduire d’huile de lin, cette dernière opération a pour résultat que le bois est désormais hydrophobe.

La surface du  bois brûlé devient alors dure, opaque et douce si elle est débarrassée de tous les résidus causés par le feu.

Design et couleur à populariser

La limite de la technique du bois brûlé est qu’elle n’offre pas une grande palette de couleurs, les couleurs vives en étant naturellement exclues. La gamme de couleurs s’étend du noir intense au noir avec des reflets gris ou bleus.

Quoiqu’il en soit, le bardage en bois brûlé a pour principal mérite d’être original. L’aspect du bois se démarque du déjà vu commun surtout si on lui laisse la croûte en forme de peau de crocodile ou en écailles de tortue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest news

Les outils indispensables pour le barbecue cet été

L'été s'annonce et bonjour les réjouissances. La fête est bien plus belle en plein air, et qui dit à...

Le permis d’exploitation expliqué simplement

Lancer sa propre entreprise est une aventure qui intéresse bon nombre de personnes. La lourdeur de la paperasse administrative...

Avis sur la marque d’adoucisseurs d’eau Fleck

Dans le but de mettre fin aux phénomènes de consommation d'eau dure dans les habitations, les marques ne cessent...

Tour du monde, budget ? Combien de temps ?

Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage. Que de fois cet adage vous a traversé l'esprit! Sans...
- Advertisement -

5 conseils pour choisir son carport

Pour protéger votre voiture à l'abri des aléas climatiques et les intempéries, le carport demeure le mieux outillé, moins...

Bien choisir sa terrasse en bois

Quand il fait beau, les terrasses deviennent un véritable havre de paix, où beaucoup aime se prélasser longuement. Et...

Must read

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you